Et si l’hôpital rapportait plus qu’il ne coûte…

Et si l’hôpital rapportait plus qu’il ne coûte…

'720x220', 'path' => $field_image[0]['uri']));?>
Une invitation à voir les impacts sur les économies locales
 
 

"Un hôpital, ça coûte cher..."

 
En 2015, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) s’est élevée à 194,6 milliards d’euros. *
Les soins spécifiquement hospitaliers, (tant en établissements publics (70,1 milliards €) que privés (20,7 Md€)), ont concentré 46,7 % de cette dépense, soit 90,8 Md€.
 
Ces dépenses constituent, en première lecture, un coût direct, dédié à la réponse aux besoins de santé des populations. 
 
Au-delà des aspects strictement sanitaires, plusieurs établissements ont souhaité évaluer les retombées économiques de leurs activités sur leurs territoires. Par exemple, 4 CHU (Nice, Angers, Saint-Etienne, Limoges), à des dates distinctes, ont demandé à des organismes d’études ou consulaires de type Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de chiffrer leur contribution à l’économie locale.
 
 Les méthodes sont semblables et reposent sur une évaluation en 4 temps:
-  calcul des dépenses de l’établissement
- estimation de l’impact économique direct (achats, impôts locaux, salaires…)
- estimation de l’impact indirect (retombées générées par les patients, les manifestations de l’établissement, les étudiants des instituts …)
- l’impact induit
 
Des estimations ont également portées sur l’impact social (qui n'est pas abordé ici, dans la présente étude).
 

 

... mais ca rapporte localement !

 
 

1 € dépensé par un CHU a un impact entre 1,8 € et 2,5 € sur l’économie du territoire

 
Les résultats, obtenus avec des méthodes et des évaluations externes similaires, aboutissent sensiblement aux mêmes résultats : chaque euro dépensé par un CHU est susceptible de générer autour du double pour l’économie locale dans laquelle se trouve l’établissement.
 
Si ces résultats seraient à étendre et à généraliser pour confirmer ces premières estimations, le rôle économique des CHU, et plus généralement, de tous les établissements de santé, publics et privés, s’avère indispensable à l’économie locale, voire départementale et régionale. Et d’évoquer en particulier les fournisseurs, les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration, les entreprises de services, par construction nombreuses, dont les salariés des établissements sont clients. Et d’envisager l’ensemble comme autant de création de richesse, de valeur et de chiffre d’affaires.
 
Ainsi, en partant d’une hypothèse de 2 € d’impact pour 1 € dépensé par les établissements hospitaliers, ce serait près de 182 milliards d’euros qui seraient « ré-injectés » dans l’économie française.
 
 
 
Les sources que nous avons utilisées : 
 
Septembre 2016,  "Les dépenses de santé en 2015 - Résultats des comptes de la santé. Edition 2016, DREES  [+]
 
20 janvier 2017,  "Angers : Le CHU rapporte plus d'un milliard d'euros à l'économie du département", Le Courrier de l'Ouest  [+]
 
16 avril 2014,  "Le CHU de Nice, un acteur puissant de l'économie locale", CCI Nice - Côte d'Azur  [+]
 
7 février 2017,  "Le CHU de Saint-Etienne : près de 900 millions d'euros d'impact économique chaque année"  [+]
 
 

Pilar vous offre de pouvoir télécharger ce post (au format pdf) en cliquant ici [+]

 

 

Posté le 29 juin 2017 par Nathalie L'Hostis, Directrice de Pilar

 

Société de conseil et de formation spécialisé en aide au pilotage hospitalier, Pilar développe une offre spécifique, à l’écoute de ses clients publics et privés et d’un environnement qui bouge. Avec plus de 80 programmes dédiés à la double spécificité de l’aide au pilotage et du milieu hospitalier, nous représentons l’une des offres les plus importantes en France. Parmi les thématiques phares de Pilar, plusieurs programmes sont proposés en contrôle de gestion hospitalier et réseaux sociaux en santé.

 

Pour consulter notre catalogue de formation, cliquez ici  [+]

 
Top